Appel pour un moratoire des expulsions

Publié le par David Dahomay

Ci-après le texte de la pétition lancée par la section locale de la Ligue des droits de l'homme le 21 septembre 2008.Nous appelons tous les citoyens sensibles à la situation chaotique dans laquelle se trouve Haïti, et aussi tous ceux qui protestent contre les expulsions de plus en plus inhumaines, à signer cette pétition à l'adresse suivante : http://www.lapetition.be/petition.php?petid=3076

 

 

Appel au Préfet de la Guadeloupepour un moratoire des expulsions et la régularisation des sans-papiers

 

A l’occasion des dégâts catastrophiques provoqués en Haïti par les récents cyclones, les Guadeloupéens découvrent avec émotion les conséquences inhumaines de la politique d’expulsions en nombre pratiquée par les autorités. Sans prendre en compte les situations humaines et familiales, les étrangers sont arrêtés dans des opérations qui s’apparentent de plus en plus à des rafles, et immédiatement expulsés sans souci des conséquences sur leur vie et celle de leurs proches.

 

Aujourd’hui, une large part de la population haïtienne se trouve confrontée à des difficultés majeures pour sa survie, sans abri, sans alimentation et même sans eau potable, sans savoir si les secours parviendront jusqu’à elle. La Guadeloupe tout entière se mobilise afin d’apporter son aide.

 

Il n’est pas acceptable que les autorités continuent à expulser des êtres humains vers un pays en situation de catastrophe. De plus en plus souvent, on constate que ceux qui sont expulsés vivent depuis des années en Guadeloupe, qu’ils y ont toutes leurs relations et y ont construit leur vie malgré le lourd handicap que représente l’absence d’autorisation de séjour.  Celle-ci les maintient bien souvent dans des situations inacceptables sur le plan humain. Nous demandons donc aux autorités préfectorales de prendre en compte ces souffrances et la situation particulière d’Haïti :

 

-         En décidant d’un moratoire des expulsions vers Haïti ;

 

-         En accordant l’autorisation de séjour à ceux qui vivent à nos côtés dans l’insécurité ;

 

-         En organisant en Guadeloupe le retour du petit Jephté et de son père.

Commenter cet article